Blog

MASTERCLASS BPI FRANCE : Quels enjeux RH pour les startups françaises abordant le marché chinois ?

28 novembre 2019
|
Partager

interview, BPI Innogeneration 2019, BIG 2019, Intervention 88JOBS

Speaker Laurent Clementz, CEO et founder de 88JOBS 
InnoGeneration, Paris Accor Arena, Octobre 2019

La Chine est en quête d’innovations et attire de nombreux entrepreneurs étrangers. Pourtant, s’implanter en Chine reste une aventure humaine pour des entrepreneurs à l'esprit pionnier conscients des enjeux RH.   

Plafond de verre pour les expatriés

C'est le sujet de cette présentation : les enjeux RH. L'une des clés du succès des implantations est la constitution d'une bonne équipe et la bonne gestion de ses ressources humaines dans un contexte très dépaysant où l'on perd vite ses repères. Dans ce pays géant qui avance vite, qui parle peut être de plus en plus l'anglais dans les grandes villes côtières, les étrangers restent limités.  L'une des causes est la barrière de langue et plus généralement la différence culturelle importante. Les nouveaux arrivants mettront plusieurs années à combler ces différences culturelles pour les plus patients et les plus curieux.

La solution biculturelle 

En attendant, la solution est de recruter des profils biculturels et bilingues mandarin. On n'a rien trouvé de mieux et encore pour longtemps ! Ils connaissent les deux cultures, occidentales et chinoises, et assurent en souplesse la transmission d'informations entre les équipes et les partenaires locaux, clients, fournisseurs et institutions. 

Certains ont fait leurs études à l'étranger et leurs premières expériences professionnelles puis, reviennent en Chine. Ces profils biculturels asiatiques ont plus de prise d’initiative et sont moins dans la culture du « je fais ce que l’on me dit de faire ». Ils ont une plus forte capacité d’adaptation que les collaborateurs chinois locaux. Ils apprécient particulièrement les contextes d'entreprises internationales avec des managements plus collaboratifs et inclusifs que ceux d'entreprises locales. Ils sont même prêts à prendre des risques et à accepter de rejoindre de petites entreprises ou de nouvelles branches de sociétés étrangères, sans rechercher uniquement des grands groupes.

Sur le marché chinois, les profils les plus recherchés pour les startups françaises qui s'installent sont logiquement des Business Developer, des Ingénieurs, des Experts en support auprès d’un distributeur, des Country Manager ...

Le turn over chinois, un obstacle à contourner 

Le turn over du personnel est le principal problème car ces profils sont recherchés. Une étude HAYS récente réalisée auprès de 1000 collaborateurs annonce un turn over de près de 50% en 4 ans.  Le CDI est rare. Le contrat 3 ans est un standard. Le préavis en cas de départ est en général d'un mois. La rétention est donc un sujet majeur.

Pour fidéliser ses salariés, les entreprises doivent imaginer des packages séduisants. Il convient de mettre une touche européenne dans la corbeille : jours de congé supplémentaires, voyages en Europe, formation régulière, des événements pour jouer le collectif et un management collaboratif. Au-delà, il faut prendre en compte la volonté des salariés d'évoluer rapidement en fonction et en salaire pour éviter les frustrations. 

La construction ensemble de parcours professionnel sur 3 ans par exemple, souvent la durée d'un contrat, est généralement appréciée et permet d'augmenter la rétention.

Siniser son entreprise dès l'Europe

D'expérience, les meilleures implantations sont le fait d'entreprises qui ont recruté dés l'Europe des profils biculturels. Ils sont 30 000 étudiants chinois en France par exemple, dans les universités, business schools et écoles d'ingénieurs. À compétence égale, pourquoi ne pas recruter des stagiaires et collaborateurs chinois. Les entreprises n'y pensent pas toujours. Or ces collaborateurs deviendront les ambassadeurs de l'entreprise en Chine, aideront lors des learning expeditions, des visites de salon puis lors de l'implantation. Ils seront peut-être les premiers collaborateurs de cette filiale. Les entreprises qui l'ont fait ont gagné un précieux temps et ont multiplié leurs chances de succès en Chine.